TPE : dans un scrutin marqué par la défiance, FO conserve sa troisième place au niveau national

, par Alain LEFEBVRE

Les résultats des élections TPE ont été dévoilés le 3 février et se caractérisent par deux éléments marquants : une baisse du score des principales organisations et un très faible taux de participation.

Avec 13,01 % des voix, Force Ouvrière s’est maintenue en troisième position aux élections TPE. C’est deux points de moins que lors du scrutin de 2012 (15,25 %).

Du reste, les autres principales organisations enregistrent une forte baisse. La CGT demeure en tête avec 25,12 % des voix mais recule de 4,42 points. La CFDT arrive seconde avec 15,49 % des voix (- 3,77 points). Solidaires est sixième avec 3,5 % des voix (- 1,25 point).

Le scrutin, dont c’était la deuxième édition, s’est déroulé du 30 décembre au 13 janvier, auprès des 4,5 millions de salariés des TPE (entreprises de moins de 11 salariés) et de particuliers employeurs.

Le grand nombre d’organisations syndicales nationales et régionales en lice – une trentaine au total – a favorisé l’éparpillement. Cumulées, les pertes enregistrées par les principales organisations représentent 11 points. Elles ont en partie bénéficié à l’Unsa, qui arrive en quatrième position avec 12,49 % des voix (+ 5,14). Le gain est plus modeste pour la CFTC, cinquième avec 7,44 % des voix (+ 0,91 point), et la CFE-CGC, qui ne se présentait que chez les cadres, avec 3,38 % (+ 1,06 point). Les autres points ont été dispersés, notamment au profit d’organisations professionnelles, qui captent 10,07 % des voix.

Le très faible taux de participation, avec seulement 323 600 suffrages exprimés, impose de relativiser ces résultats. Certes, ils permettront aux syndicats de désigner les dix salariés qui siégeront dans les futures commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI). Ces instances, qui doivent se mettre en place en juillet 2017, auront notamment un rôle d’information et de résolution des conflits auprès des salariés des TPE.

Les scores obtenus doivent aussi être agrégés aux résultats des autres élections du secteur privé (entreprises de plus de 10 salariés et chambres d’agriculture) depuis 2013, pour connaître le taux d’audience de chaque organisation syndicale au niveau national. Il sera dévoilé le 31 mars. L’impact des élections TPE sera au final très faible. En 2013, le calcul de la représentativité avait été établi à partir du vote de 5,5 millions de salariés. Les résultats de ces élections TPE n’y pèseront au final qu’à hauteur de 6%.

Dans la Région Ile de France, les syndiqués de l’USDAD, actifs et retraités, ont particulièrement participé à l’élection dans les TPE.

En se portant candidats à la CPRI, soit 6 candidats sur 7…..et en participant à toutes les actions d’information, de manifestation et de distribution de tracts. Qu’ils en soient à nouveau remerciés.

Seule consolation, en région IDF, Force Ouvrière recule un peu moins (-0.77%) qu’au niveau national (- 2.2%).